Facial recognition software is growing

Reconnaissance faciale IA : l’opinion publique mitigée…

Le marché des logiciels de reconnaissance faciale enregistre une croissance annuelle de 20% et devrait atteindre 9 milliards de dollars US par an d’ici 2022, selon Market Research Future. Technavio prévoit que ce même marché atteindra 6,5 milliards de dollars US en 2021. Les grandes entreprises et les start-ups sont en concurrence sur ce marché. Les leaders seront ceux qui disposent des meilleures technologies éprouvées. La Chine et les États-Unis sont les principaux concurrents. Des pays comme Israël et la Russie font également preuve d’un grand intérêt et d’une forte avancée technologique.

Notre relation actuelle avec la technologie de reconnaissance faciale est très intense et contradictoire. Nous connaissons et apprécions ses avantages et ses moyens de nous faciliter la vie. Les utilisateurs finaux, quant à eux, veulent que la technologie soit exactement cela : un facilitateur de vie qui la rend plus agréable. Et cette promesse est tenue. La semaine dernière, j’ai traversé l’Allemagne pour rentrer en France et j’ai été très heureuse d’utiliser la voie rapide où la technologie de reconnaissance faciale était utilisée. J’ai gagné plus de 45 minutes de mon temps et c’était sécurisé. Oui, j’étais heureuse et je ne suis pas la seule. Une enquête récente du Center of Data Innovation montre que la plupart des Américains sont d’accord avec l’utilisation de cette technologie dans un contexte de sécurité.

Cependant, l’année dernière, j’étais en Chine et j’ai été pris par surprise par l’omniprésence des caméras de surveillance. Je savais que toutes mes images étaient classées, stockées et traitées par le gouvernement à des fins d’agenda caché. Je dois dire que ce n’est pas un sentiment très agréable. Aujourd’hui, la reconnaissance faciale est largement utilisée en Chine et c’est une technologie très facile à mettre en œuvre. Je vis dans une grande ville du sud de la France et ici, comme partout dans les pays développés, tout est prêt pour la reconnaissance faciale. Presque tous les bus et stations de métro sont équipés de caméras de surveillance. Dès que la décision d’utiliser une telle technologie est prise, la mise en œuvre est une question de temps très courte.  En Europe, ce sujet est une préoccupation majeure. D’ailleurs, en 2019, la Commission européenne étudie des règles plus strictes pour les technologies de reconnaissance faciale.

En termes d’adoption des technologies de reconnaissance faciale, les pays et les régions diffèrent et le sentiment autour de ces technologies est controversé. Ce n’est pas une technologie que les consommateurs souhaitent voir devenir omniprésente en Europe. Nielsen a mené une étude en 2016 auprès de 30 000 répondants de 16 ans et plus et nous pouvons voir dans le graphique ci-dessous que l’Europe est le pays qui adopte le plus lentement ces technologies avec seulement 27 % des répondants prêts à utiliser la reconnaissance faciale pour les applications bancaires mobiles.  Malgré cela, dans certaines régions, cette technologie figure parmi les principales priorités mises en place par les gouvernements, comme en Chine, en Russie et en Israël. En Asie, 48 % des personnes interrogées souhaitent que cette fonctionnalité soit incluse dans les futures applications bancaires, suivies par l’Amérique latine, le Moyen-Orient et l’Afrique, avec respectivement 42 et 41 %. Aux États-Unis, les grandes entreprises telles que Facebook et Amazon font également pression pour la mise en œuvre et l’utilisation de cette technologie.

Reconnaissance faciale, IA, Intelligence artificielle, IOT

Nous nous sommes renseigné sur certaines startups fortement impliquées dans ces technologies :

Megvi (Chine), également connue sous le nom de Face++, a été créée en 2011. Selon le SCMP, leur plateforme logicielle de reconnaissance faciale est l’une des plus importantes au monde, qui est utilisée par plus de 300 000 développeurs dans 150 pays.

Ever AI’s (USA) est une startup de San Francisco spécialisée dans la reconnaissance faciale qui a été lancée en 2012 sous le nom d’EverRoll, une application destinée à aider les consommateurs à gérer leurs collections de photos pléthoriques. Leurs clients utilisent leur technologie pour toute une série d’activités, notamment la gestion de l’identité des entreprises, la vente au détail, les télécommunications et le maintien de l’ordre.

NTechLab a été reconnu comme un leader mondial de la technologie de reconnaissance des visages selon Intellinews et a remporté le prix Face Recognition Challenge décerné par le National Institute of Standards and Technology (NIST) basé aux États-Unis en 2017. Leur technologie FindFace est destinée à être utilisée par les forces de l’ordre.

DeepGlint (Chine) est une société d’IA basée à Pékin, fondée en 2013. Sa technologie propriétaire est utilisée dans la détection, le suivi et la reconnaissance de personnes et de véhicules. Parmi ses clients figurent des banques, des musées et des agences de sécurité publique.

Anyvision (Israël) est la société israélienne de reconnaissance biométrique la plus médiatisée et la plus débattue, notamment dans le domaine de la reconnaissance faciale. Son logiciel peut être branché à des caméras et être installé et utilisé immédiatement, ce qui nécessite une faible capacité informatique. Leur technologie est utilisée par les agences de sécurité et les agences gouvernementales.

IDrive Face (USA) démocratise cette technologie et rend la technologie faciale plus accessible aux entreprises. Elle inclut les outils standards de détection et d’analyse de visages multiples dans une image fixe qui sont au cœur de toute API de détection faciale. Pour ce faire, l’API fournit les boîtes de délimitation et les métadonnées habituelles pour tous les visages. Il existe également des fonctions de comparaison et de vérification des visages pour identifier les personnes par leur visage, ainsi qu’une option de détection du sexe, de l’âge et des émotions. IDrive promet que la précision et la performance de son outil sont comparables à AWS Rekognition.

Si l’on considère la taille du marché, les taux d’adoption et le potentiel commercial qui en découle, la reconnaissance faciale est là pour rester. Les questions de confidentialité, de sécurité et de sûreté doivent être prises en considération en fonction du pouvoir de l’utilisateur final par région et de l’intérêt du gouvernement. Selon l’observateur de l’UE, les données de reconnaissance faciale sont considérées comme des « données biométriques », qui constituent une catégorie particulière de données à caractère personnel résultant du traitement technique de caractéristiques physiques, physiologiques ou comportementales. Et selon le RGPD, le traitement des « données biométriques » pour identifier une personne nécessite le consentement explicite de la personne dont les données sont collectées. Nous verrons un plus grand écart entre les régions et les pays dans l’adoption, car jusqu’à présent l’Europe est assez solitaire dans sa quête de protection de la vie privée de ses citoyens.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email
Livre Blanc

Téléchargez notre livre blanc :

TOP 5 DES OUTILS EN LIGNE pour la sélection des pays à l’export

Vous souhaitez :
Démarrer l’export
Améliorer vos succès à l’international
Connaître vos pays cibles

On vous offre un rendez-vous gratuit et sans engagement
avec un expert pour des conseils sur mesure.

Prime Target provides a SaaS application and our services are delivered over the Internet. Users can access them from any Internet-enabled device and location.